Soirée d’intelligence collective en vallée du Douctouyre

  • 15 décembre 2021
  • Elus - Enseignants - Parents - Professionnels de l’animation

Actualités des territoires Pays d’Olmes Pays de Foix-Varilhes Pays de Mirepoix Portes d’ Ariège Pyrénées Aménagement des espaces Citoyenneté Développement local Éducation populaire

Compte-rendu en images pour une belle soirée qui visait à permettre aux acteurs du Douctouyre de réfléchir ensemble à l’avenir de leur vallée, le 25 novembre dernier.

Cette rencontre n’était que la première d’une série qui va s’étaler sur une dizaine de mois. Personne ne sait aujourd’hui quelle en sera l’issue, mais cette soirée a posé une première fondation solide et prometteuse.

Animée par Damien MATRON et Johanna REYER cette rencontre s’appuyait sur des méthodes d’intelligence collective dont la facilitation graphique, spécialité de Johanna.

Damien Matron et Johanna Reyer entourent Nicolas Delesalle, le président du SIVOM

Retour en images

Tout d’abord des objectifs et un programme

Ensuite des participants, venus nombreux à la salle polyvalente de Vira

Pour commencer un petit récit historique effectué par Alain Baby, qui nous rappelle pourquoi nous sommes là aujourd’hui

Puis des échanges par tables de 5 à 7 personnes


Pourquoi suis-je là ? Qui suis-je ? Qu’est-ce que je fais ? Comment je me représente ma vallée ? Qu’est-ce que je dis de la vallée en une phrase ou un mot ?


Un peu d’histoire : quels sont mes repères ?


De mon point de vue, tout ce qui ne va pas dans la vallée

Et tout ce qui va bien


Cette soirée a incontestablement donné envie aux acteurs présents de continuer à écrire une histoire commune. La qualité des échanges engagés augure de belles perspectives.

Des moments moins réjouissants ponctueront sans doute cette démarche, lorsque les principes de réalité rappelleront les difficultés rencontrées pour faire projet et sens commun.

Rien ne sera oublié. La démarche ne s’appuie pas sur du rêve, mais sur la capacité que peuvent avoir des acteurs locaux dont les intérêts ne sont pas toujours concordants à co-contruire l’espace de vie qui est le leur et à définir ce qu’ils ont envie d’y vivre et la place qu’ils veulent y prendre.

A suivre